MENU
Casque lumineux pour velo
Transmission de velo innovante

15 octobre 2014 Com (12) Vues: 44416 Dossiers / Interviews

[DOSSIER] Convertir son vélo en vélo électrique

Transformer son velo en VAE

Motoriser son vélo, c’est désormais possible… et plutôt une bonne nouvelle. Pourquoi ?
Parce que c’est une raison de plus de le préférer à la voiture ! S’il est impossible d’agir sur la (mauvaise) météo, difficile de changer ses habitudes ou de trouver la motivation, distance et dénivelé ne vous feront plus peur désormais grâce aux kits de transformation électriques ! Voici ces solutions qui permettent de modifier votre bicyclette en VAE…
Article mis à jour le 28/10/2016.

Quelques précisions sont nécessaires avant de débuter ce comparatif. Toutes les données présentées ici proviennent des constructeurs.
Celles-ci sont indiquées comme suit :
 
Tarif | Autonomie | Temps de charge | Poids | Dimensions roues | Disponibilité
 
Chaque moteur est doté d’une puissance de 250W pour une vitesse maximale de 25km/h (assistance coupée au-delà), ce afin de répondre aux législations françaises et européennes concernant les VAE.

Les roues de vélo à moteur électrique intégré

Sur les vélos à assistance électrique classiques, la roue arrière intègre un moteur moyeu, la batterie se situant quant à elle sur le porte-bagages ou mieux, dans le cadre. Ici, tout est dans la roue !

Roue de velo electrique Rool'In 2016

Rool’in : 699 à 799€ | 30 à 50km | 4h | 6 à 8kg | 20, 26 et 28″ | oui

Et si nous commencions cet état des lieux par le modèle français ? Voici Rool’in, qui se démarque des autres systèmes en se plaçant dans la roue avant, pleine qui plus est, assurant une bonne étanchéité à l’ensemble. Selon le fabricant, ce poids positionné à l’avant n’est pas une contrainte et garantit un bon équilibre au vélo. Compatible frein à disque (spécifique), cette roue à moteur est reliée à une console permettant trois niveaux d’assistance ou directement à son smartphone pour la version SMART connectée. Et pour la recharger, il suffit de la brancher !

Electrical bike wheel copenhagen

The Copenhagen Wheel : 799$ | 50km | 4h | 5,9kg | 26 et 28″ | proto

Ce modèle conçu par le MIT (projet de recherche parrainé par la Mairie de Copenhague) a beaucoup fait parler de lui sur l’internet… et semble toujours à l’état de prototype (précommande). Placé à l’arrière, la Copenhagen Wheel se recharge sur le réseau mais également au freinage et en descente. Compatible de 7 à 10V ou singlespeed, son assistance est variable selon les conditions et tout est paramétrable via une application dédiée ! Vous pourrez même obtenir diverses données (kilométrage, calories…) et bloquer votre roue pour plus de sécurité. Notez la superbe intégration des rayons !

Daymak roue de velo solaire

Daymak DDS : à partir de 699$ | – | – | – | 26 et 28″ | proto

Le Daymak DDS est un système particulier puisque son moteur intègre… des panneaux solaires. Une heure d’ensoleillement permettrait ainsi un kilomètre d’assistance supplémentaire. Encore à l’état de prototype, ce moteur (qui se recharge également sur le réseau électrique) communique avec une application dédiée assurant son fonctionnement ainsi que l’affichage de multiples données. Roue électrique pour VBrakes seulement…

Bike electric wheel FlyKly

Flykly Smart Wheel : 999$ | 40 à 100km | 2h | 3kg | 20, 26 et 28″ | ?

Moins imposant que les modèles précédents, le moyeu moteur de la roue Flykly est donc plus léger, atout non négligeable dans la quête d’autonomie comme dans l’esthétique. Cette roue intelligente possède un système de génération d’énergie au freinage et fonctionne aussi avec une appli. A la manière de la roue de Copenhague, elle permet également de bloquer votre roue et d’indiquer de multiples statistiques tout comme votre chemin.

Zehus roue de velo electrique

Zehus Wize hub : NC | 30km assistance 100%, infinie avec Bike+ | 3h | 3kg | 20 à 29″ | sur vélos de série uniquement

Made in Italy, le moyeu électrique Zehus (partenaire technique de Flykly) semble le plus abouti : son fabricant affirme en effet qu’il n’aura jamais besoin d’être rechargé avec du courant électrique… Pour assurer cette prouesse, l’algorithme spécifique au système se sert des phases de descente, freinage et rétropédalage pour alimenter la batterie, mais aussi des phases de pédalage constant en le durcissant de manière imperceptible, tout en assurant l’assistance nécessaire lors des accélérations et montées. Là encore, une application smartphone est dédiée et propose diverses informations. Seuls les constructeurs peuvent équiper leurs gammes pour le moment…

Roue de velo electrique au design etrange GeoOrbotal

GeoOrbital : 799$ | 80km | – | 9kg | 26, 28 et 29″ | proto

Pour finir ce comparatif, voici une exception : la roue électrique GeoOrbital, intégrée ici pour son look improbable.
Avec une puissance de 500W elle sort de ce classement mais méritait d’être vue !

Comme vous avez pu le découvrir au travers de ces différents exemples, chaque modèle possède son propre système ou environnement : console ou appli smartphone, choix du niveau de l’assistance ou fonctionnement automatisé, génération d’énergie ou non… Cependant, ils partagent quelques point communs telles la facilité d’installation ou la simplicité de recharge. Restent le poids, mais surtout le prix (et la disponibilité pour certains) de ces produits… Moitié moins chers qu’un bon VAE, ils sont pourtant une alternative à l’achat d’une bicyclette à assistance électrique trop souvent oubliée. En effet, ces roues motorisées permettent d’équiper tous les types de vélos, du fixie au vélo de ville en passant par le VTT, de quoi contenter nombre d’utilisateurs.

Les moteurs électriques à friction

Dans cette catégorie, plus besoin de toucher au vélo : les moteurs à friction s’en chargent !

Rubbee, moteur a friction pour velo

Rubbee : 690€ | 40km | 4h | 6,5kg | 16 à 29″ | oui

Voici le Rubbee : dans ce cas, le moteur n’est plus dans la roue, mais sur celle-ci… Son moteur qui entraîne la roue arrière via un galet transforme votre vélo en e-bike. En effet, même plus besoin de pédaler ! Un régulateur monté sur le guidon permet de gérer son assistance. L’ensemble s’adapte très facilement sur nombre de pneus et de tiges de selle, mais est à oublier en revanche si votre vélo possède un porte-bagages…

Transformation en velo electrique avec Ease

Ease : NC | 50km | 3h | 3,5kg | 26″ et + | proto

Plus imposant que le modèle précédent, le Ease de TUM Create n’est en revanche compatible qu’avec les grandes roues (26″ et au-delà). On oubliera les vélos urbains 20″ donc. Pliable pour un gain de place hors utilisation, il s’installe très facilement sur le cadre à l’aide d’une simple vis, à gauche ou à droite du cadre. Pratique, il laisse la place pour un garde-boue et ne nécessite pas de console au guidon. A suivre !

Shareroller, moteur electrique pour velo en libre service

ShareRoller : 1350 – 1650$ | 19 à 30km | 2h | 2.7-3.2 kg | tout diamètre | proto

Enfin, un modèle un peu particulier avec le ShareRoller. Prévu à l’origine pour équiper les vélos en libre service, ce système peut propulser une bicyclette jusqu’à 29km/h. Intégrant un phare, il se positionne cette fois à l’avant pour s’adapter à la roue, voire aux roues puisque ce module est prévu également… pour les trottinettes ! Un shifter suffit pour sélectionner la puissance d’assistance voulue. Enfin, il permet également de recharger son téléphone ou son lecteur MP3. Peut-être un jour sur les Vélib ?

Solutions plus onéreuses que les roues motorisés, ces moteurs à friction useront vos pneus sans que vous ayez besoin de pédaler ! Une autre façon d’envisager le vélo pour les personnes ayant besoin d’une assistance plus importante, système par ailleurs facile à partager sur les différents vélos d’une famille par exemple.

Les kits moteur pédalier

Ici, le principe n’est plus d’entraîner la roue mais directement la transmission. Cela nécessite une installation un peu plus complexe pour des motorisations souvent plus puissantes que l’on retrouve notamment sur des VTT à assistance électrique, mais également sur des vélos urbains.

Kit moteur electrique de pedalier pour velo

Cycloboost : 749€ | 50km | – | plus de 6kg | oui

Pour illustrer ce type de moteur, voici le Cycloboost. Ce moteur pédalier peut délivrer jusqu’à 600W de puissance pour atteindre 46km/h. Le système possède un accélérateur pour la gérer et une console pour contrôler l’ensemble. A noter, la batterie s’installe cette fois sur le cadre.

Un système plus technique à installer pour une utilisation plus sportive, participant à un meilleur équilibre des masses que les systèmes précédents et souvent aussi cher qu’une roue à moyeu moteur.

Le moteur électrique invisible

Cette technologie ne date pas d’hier et est aujourd’hui disponible : elle consiste en un système à engrenages entraînant le pédalier et totalement dissimulé dans le cadre.

Moteur velo invisible Vivax

Vivax Assist : 2699€ | 60 ou 90min | – | diamètre interne 30,9 ou 31,6 | 1,8kg | oui

Si aucune des solutions proposées ci-dessus ne vous plaît car trop visible ou encombrante, ce moteur caché vous conviendra peut-être. Adaptable sur la majorité des cadres (selon diamètre du tube de selle), le Vivax Assist ne développe toutefois « que » 200W. Bien à l’abri et se commandant du pouce, il ne risque pas de détérioration, concentre sa masse au cœur du vélo et s’installe facilement. Quelques inconvénients toutefois : son tarif (qui n’inclut pas le montage par un détaillant) et la batterie à mettre dans une sacoche, à moins d’opter pour le Invisible Performance Package (une tige de selle à batterie intégrée facturée… 499€).

Tout en discrétion, ce moteur électrique caché vous permettra d’épater vos compagnons de sortie ! Centré, intégré et au poids contenu, il faudra néanmoins s’acquitter d’une petite somme pour en profiter si votre monture est compatible…

Pour terminer ce comparatif, je vous invite à lire cet article sur l’homologation et la législation des vélos électriques.
Et si vous connaissez d’autres roues, d’autres systèmes à friction… ou d’autres solutions pour ajouter un moteur à votre vélo, faites-moi signe !

, ,

12 commentaires
  1. […] Eh oui, c'est désormais possible… et plutôt une bonne nouvelle. Pourquoi ? Parce que c'est une raison de plus pour préférer le vélo ! S'il est impossible d'agir sur la (mauvaise) météo, difficile…  […]

  2. ClaireJacques dit :

    J’ai quand même un gros doute sur le Rool’in et son poids… Une roue aussi voyante, c’est un appel au vol 😛

    Par contre chouette initiative, les modèles Zehus et Flykly. On n’encombre pas la bête et les ingénieurs ont même pensé au design, visiblement. En pratique, je ne vois pas l’intérêt de placer ce type d’appareils sur un fixie mais les photos démontrent bien que le Zehus et le Flykly peuvent se faire discrets, même sur les vélos le plus « dépouillés » 🙂

  3. Johann dit :

    En effet, la Rool’in semble en retrait tant d’un point de vue intégration que technologie (console quand d’autres fonctionnent avec une appli). Mais elle peut intégrer un frein à disque, et s’installe sans doute plus facilement (pas de chaîne à mettre en place). Gageons que des évolutions verront le jour…

  4. Caracol Avelo dit :

    Bonjour
    Perso je préfère la désintégration ! CAD un moteur moyeu simple et plus discret , le contrôleur externe (pas de surchauffe de l’électronique) et la batterie amovible pour les recharges plus facile ! 🙂

  5. […] licences. Tous les éléments électriques sont intégrés dans le tube inférieur et le pédalier. [Dossier] Transformer son vélo en VAE. Eh oui, c’est désormais possible… et plutôt une bonne […]

  6. Rool'in dit :

    L’avantage d’une roue sur l’avant est d’une part la simplicité de montage mais c’est également un facteur de stabilité. En effet, lorsque l’on est assis sur son vélo, 80 % du poids est à l’arrière, donc ramener le centre de gravité sur l’avant et le rabaisser est facteur de stabilité et de précision de la direction. D’ailleurs les dernières générations de VAE vont dans ce sens, moteur sur la roue avant ou au pédalier et batterie centrale.
    Quand au vol, qui n’est pas uniquement un problème urbain, vous avez un espace prévu autour de la valve qui vous permet d’attacher directement votre roue et la console, qui gère l’assistance, est détachable, de plus vous pouvez rajouter des boulons antivol c’est un troisième niveau de sécurité.

  7. […] Convertir sa bicyclette en vélo électrique. Eh oui, c’est désormais possible… et plutôt une bonne nouvelle. Pourquoi ? Parce que c’est une raison de plus pour préférer le vélo ! S’il est impossible d’agir sur la (mauvaise) météo, difficile de changer ses habitudes ou de trouver de la motivation, distance et dénivelée n’ont qu’à bien se tenir désormais grâce aux kits de transformation ! Découvrez ces innovations qui permettent de modifier votre monture en bicyclette électrisée… Quelques précisions sont nécessaires avant de débuter ce comparatif. […]

  8. […] Il précise également les critères utilisés pour déterminer les communes sur le territoire desquelles ces prêts pourront être octroyés. Supprimé en 2012, le PTZ pour l’acquisition d’un logement ancien fait son grand retour. Convertir sa bicyclette en vélo électrique. […]

  9. pierre dit :

    Testé le Rubee, épouvantable et bruyant…
    Testé la Copenhagen wheel aussi salon Eurobike: absolument fantastique!
    Je l’ai même réessayé le lendemain pour être certain que je n’avais pas rêvé…
    L’interface entre le pédaleur et le moteur est parfaite, c’est magique, et la progressivité de l’assistance est irréprochable. Un ne sent rien, on n’entend rien, on n’a pas l’impression d’être propulsé par un moteur, on a juste la sensation d’être devenu Superman ou d’avoir bu de la potion magique (au choix)! Seul les meilleurs VAE ont ces qualités et ils coutent beaucoup plus cher.
    La Copenhagen wheel m’a vraiment impressionné, ébloui, tant du point de vue du design que des sensations de pédalage.

  10. Johann dit :

    Cette roue a en effet beaucoup séduit (la communication a joué aussi comparée aux autres modèles). Et vous aussi donc : l’avez-vous achetée ?

  11. Spi dit :

    Bonjour, vous pourriez rajouter ce moteur à friction http://www.add-e.de/en/
    La solution semble très intéressante ( taille hyper réduite du moteur, et amovible) . Qu’en est-il de la fiabilité vu l’emplacement de ce dernier ?

  12. Johann dit :

    Pour ce qui est de la fiabilité, il faudrait pouvoir le tester ! Merci pour cette référence que je vais ajouter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *