MENU
Comment avoir les pieds au sec en velo de ville
Velo pliant Strida

4 juin 2014 Com (32) Vues: 2084 Solutions urbaines

« Je suis venu à vélo. » « _Ah, t’as pas de voiture ? »

Velo ou voiture

Voilà le genre de poncifs que l’on peut entendre régulièrement en tant que cycliste (extra) urbain.
Hé oui, parfois pas besoin de voiture pour un court trajet, même lorsqu’il pleut ou qu’il fait sombre, et même si on en possède une : le vélo peut suffire. Alors, ceci n’est pas vraiment un article, mais plutôt de la curiosité :

que répondez-vous lorsque vous devez vous justifier de l’usage de votre bicyclette ?

Merci pour vos réponses !

32 commentaires
  1. Francescu dit :

    Ça dépend des fois (sous-entendu « ça dépend de mon humeur et de la façon dont la question est posée ») :
    1°) « ben non, pourquoi faire ?!? *regard faussement ahuri*

    2°) « Non, désolé : je ne suis pas suffisamment bien payé pour pouvoir me permettre de dépenser 4500€/an (coût moyen annuel d’une voiture) inutilement. » (marche assez bien avec les supérieurs hiérarchiques) »

    3°) « quand je vois le nombre de fois où tu arrives en retard à cause des bouchons sur le périf’, c’est plutôt moi qui devrais te demander : ‘Ah bon ? T’as pas de vélo ?!?' » (à servir le lendemain d’un jour de manif’ de poids-lourds : succès garanti)

    4°) « et sinon, t’en es content, de ton abonnement à la salle de muscu/fitness où tu ne mets jamais les pieds parce que t’as pas le temps ? » (réservé aux sportifs du dimanche)

    5°) *explication calme, posée et justifiée de l’intérêt d’un vélo* (celle-là, c’est la plus longue, donc je ne la réserve que pour ceux qui posent la question poliment)

  2. Johann dit :

    J’ai délibérément posé la question de manière très ouverte : merci beaucoup pour cette réponse complète ! Et il vrai qu’on peut poser cette problématique dans l’autre sens…

  3. A la question posée, il me semble que Francescu a résumées les bonnes réponses habituelles.

    Autre commentaire qui m’est très souvent fait : « Woah – t’es courageux ! »… Auquel je répond habituellement : « non c’est plutôt toi qui es courageux de t’entasser dans le RER ou de rester coincé dans les embouteillages ! »

    Et bien entendu, l’argument massue pour conclure l’elevator pitch: « Tout le monde se plaint de passer trop de temps dans les transports et de ne pas avoir le temps de faire de sport – je résous les deux problèmes simultanément et à un coût inférieur ! »

    Je mets néanmoins l’argument de coût en sourdine: l’ensemble des coûts associés au vélo est très loin d’être nul et il faut considérer l’ensemble du ‘transport mix’ qui pour une année typique mobilise un budget incluant chaussures, rollers, trottinettes, vélos, vélib, bus, métro, RER, train, Autolib et location de voiture… Tout compris, et même si le vélo est mon moyen de transport par défaut (Autolib deux fois par mois, location de voiture tous les deux mois, train trois fois par an) l’économie n’est pas un argument si important que ça : par contre l’augmentation de la qualité de vie est considérable !

  4. Johann dit :

    Merci pour cette autre réponse. L’indépendance a effectivement un coût, et le vélo n’est pas LA solution mais fait bien partie de cette chaîne multimodale qui nous est offerte, à ceci près qu’il permet de se dépenser, et donc d’avoir une activité un tant soit peu « sportive » nécessaire à notre bien-être. Même pour quelques kilomètres, c’est toujours ça de pris ça vaut pour la marche, la trottinette également).
    Voici d’ailleurs en complément un article résumant une étude « Aller au travail à vélo, c’est bon pour le boulot » que je viens de découvrir : http://mobile.lesoir.be/562006/article/styles/bien-etre/2014-06-03/aller-au-travail-velo-c-est-bon-pour-boulot

  5. s dit :

    oui effectivement en général je retourne la question et je démontre ( ou démonte c’est selon ..) les arguments d’avoir une voiture:

    – » pour aller au boulot ». Bon ca c’est vu puisque comme l’a remarqué l’interlocuteur je viens tous les jours en vélo donc pas besoin de bagnole

    – « pour faire les courses ». une petite carriole fait bien l’affaire et pour le lourd (meuble) la bagnole ne suffit pas. il y a aussi la livraison à domicile

    – » pour emmener les enfants à l’école ». nous en avons 3 ( 10 ans , 7 ans et 3 ans) et franchement le maillage des écoles primaire est bon aussi bien en campagne qu’en ville donc c’est pas un souci..ils marchent ou font du vélo

    -« oui mais pour leurs activités sportives et culturel etc… » Là encore les clubs ne sont pas à l’autre bout du monde surtout en ville. on veille tout de même à ce qu’ils ne choisissent pas l’équitation mais pour le reste tout est open

    – » et les vacances ». On part en vacances parfois en vélo, on loue aussi des bagnoles (15 jours= 400€). on part aussi à l’étranger et là encore pas besoin de bagnole

    – « quand l’un de vous se blesse ». Si c’est grave y’a les pompiers. pour les autres trucs il y a toujours une âme charitable qui est prête à vous emmener à l’hôpital.

    -« mais le mauvais temps. en bagnole c’est mieux. ». je ne suis pas du tout convaincu. le froid on s’en protège, la pluie peut être parfois assez « jouissif ». quand avez vous senti vraiment, la dernière fois, une pluie tombée sur vous? ces petites gouttes qui coulent etc.. en plus t’as vraiment le sentiment d’être en contact avec ton extérieur. le chocolat chaud est encore meilleur quand tu rentres après un bonne pluie, n’est ce pas? c’est une manière de voir les choses

    en définitif nous avons choisi de vivre dans le centre d’une ville moyenne (25 000 habitants). notre emplacement de maison dans le centre ville nous permet de « rayonner » (tiens dans tous les sens du terme le mot rayonner!!) en vélo, en tc et voiture en train etc…
    Malheureusement notre style de vie ne fait pas rêver car je pense que les gens sont vraiment « auto-centré » dans la tête et je ne leur jette pas la pierre. Avant nous aussi on était tout bagnole mais depuis 2 ans quelle liberté et bonheur de vivre sans…

  6. Johann dit :

    Merci beaucoup pour ce témoignage. Vous relayez là nombre d’arguments (météo, activités) qui font que le vélo est laissé au garage pour préférer la voiture, et démontrez à votre manière qu’il est tout à fait possible, de temps en temps pourquoi pas, de laisser plutôt sa voiture au profit de la bicyclette.

  7. Erwan Piriou dit :

    Pour ma part, j’ai un bus, enfin entre nous on l’appelle Georges, qui est en fait un vélo cargo de la marque Yuba, un Mundo. Dessus, on peut transporter les enfants (2, de 8 et 11 ans) pour l’école, et parfois la maman en plus (oui, 4 sur le vélo, du moment que ça ne grimpe pas trop), faire les courses (le plein de la semaine, packs d’eau et lait compris), prendre des vélo stoppeurs, transporter des objets volumineux (pas de limitation par l’habitacle de la voiture, il suffit d’avoir de bonnes sangles)…..
    Bref, la voiture ne sert presque plus, mis à part les vacances, pour transporter Georges et ses collègues vélos sur les lieux de vacances. Et là, tout le matos pour aller à la plage trouve sa place sur Georges, et on peut fixer dessus la roue avant du vélo d’un enfant fatigué de pédaler sur le sien. Y’a plus qu’à s’asseoir derrière papa. Et c’est tellement plus sympa quand on arrive, de ne pas avoir, quelque soit le lieu, à trouver une place de stationnement!!!!
    Et en plus, pédaler est un excellent antidépresseur, encore plus efficace quand on nargue les automobilistes coincés derrière leurs congénères, klaxonnant en pensant que ceux qui sont devant eux sont venus là juste parce que leur kiff ultime était de foutre le bordel dans les rues….
    Et les arguments santé, sport, on peut y ajouter le bronzage à l’année!

  8. Johann dit :

    Merci pour ce nouveau témoignage. Je note la notion de vélostoppeur !

  9. Erwan Piriou dit :

    Enfin pour ce qui est du vélo stoppeur, c’est souvent moi qui propose, quand je vois des gens à l’arrêt de bus, de les avancer. Tous ne veulent pas, mais ceux qui acceptent sont conquis!

  10. Johann dit :

    Justement, je trouve l’initiative très sympa et originale à la fois !

  11. « quand l’un de vous se blesse » – J’ai plusieurs fois emmené les enfants à l’hôpital en Bakfiets, sans aucun problème. Si c’est vraiment critique on appelle les pompiers – ce serait pareil avec une voiture…

    Pour le mauvais temps, je crois qu’une partie du problème vient de l’ignorance des vêtements techniques contemporains ou de la volonté esthétique délibérée de ne pas les utiliser.

  12. Idem pour le vélo-stop en vélo-cargo – les gens n’osent pas beaucoup, mais j’arrive régulièrement à embarquer des enfants du quartier ou l’un de leur parents et c’est toujours un bon moment.

  13. Johann dit :

    Il y a aussi une (grosse) part de motivation : même équipé, pas toujours facile de sortir à vélo lors de mauvais temps.

  14. Orel dit :

    Bonjour,

    Petite curiosité : il ressemble à quoi Georges ?? On pourrait avoir une photo ?
    Parce que là à 4 dessus je suis curieux (et intéressé…).

    Merci 🙂

  15. Schouten dit :

    Malheureusement je fais mes études à Rouen et mon école se situe à Mont Saint Aignan. Entre ces deux villes 4km rien de bien méchant, si ce n’est une Mega côte un surmontable au réveil à 8h qui m’obligerai à arriver en cours explosé et tout transpirant! Je pense pas avoir le niveau ni le courage de la grimper!

    En revanche je ne cache pas que je prefere prendre le vélo dès que possible pour prendre une bonne bouffée d’oxygène en plein visage même lorsqu’il fait froid!

  16. Johann dit :

    Et en se levant un peu plus tôt, histoire de pouvoir prendre le temps de la grimper ? Pas toujours évident en effet… mais le retour lui, serait très rapide ! 😉

  17. CREPEL dit :

    Très bien votre illustration ! j’apprécie particulièrement l’utilisation du tricycle couché dont je suis un adepte.
    Félicitation, car c’est réellement l’esprit de ceux qui pratiquent les véhicules couchés (trikes, vélo couchés et vélomobiles).

  18. Johann dit :

    Merci ! Elle illustre bien le propos en effet. Ben Wilson, déjà évoqué plusieurs fois ici, est coutumier de ce genre d’engin !

  19. Comme Francescu, ça dépend surtout de qui pose la question et de la façon dont elle posée, mais généralement mes réponses sont du genre :
    1) Si, mais j’ai décidé d’arrêter d’être fainéant
    (Dédicace spéciale a mon collègue qui vient en voiture, et qui habite à 2,5km du lieu de travail)
    2) Si, mais j’en vois pas l’intérêt
    3) Si, mais c’est meilleur pour ma santé (et accessoirement pour celle de mon porte-monnaie, et pour la planète), et pour mon moral…
    (et avec près de 20kg en moins en 5 mois de vélotaf, je n’ai aucun problème pour convaincre les gens, je fais même des envieux 😉 )
    4) Si, mais marre des embouteillages.

    et comme cela a déjà été dit, en cas de mauvais temps, il suffit d’être bien équipé. D’ailleurs ma voiture aussi, n’est guère plus sortie depuis 5 mois. (100km en 5 mois, alors qu’avant elle faisait environ 700/mois). La seule occasion pour laquelle elle ressort c’est quand je sais que j’aurais un vent de face au retour de plus de 20km/h

    Après, certes la première semaine ne fut pas facile, après 10 ans sans être remonté sur une selle, mais après, que du bonheur. Et je suis passé de 20km/h à fond les pédales et en soufflant comme un phoque, à 26km/h en roulant tranquillement et sans le moindre essoufflement.

  20. Johann dit :

    Merci beaucoup pour cette réponse « chiffrée » qui permettra de convaincre ceux qui attendent des données. Quand on parle de santé, la perte de poids est en effet à prendre en compte. 20kg, c’est beaucoup, bravo ! Et le bien-être qui s’en suit est notable. Santé et économie, deux points importants qui reviennent à chaque commentaire…

  21. une question que j’aime bien poser de temps en temps lorsque j’ai affaire à des gens peu convaincu de la chose :

    « Quand vous mangez un petit suisse, vous prenez une petite cuillère ou une louche? »

    Et bien pour se déplacer seul en ville à moins de 30 km/h, c’est pareil!

    L’auto à pétrole, c’est parfois très utile. Mais pour circuler seul en ville, c’est débile. :/

  22. lorsque le relief s’en mèle (et/ou la météo…), la solution s’appelle vélo à assistance électrique! Plus besoin d’appuyer fort sur les pédales pour gravir les cotes. même sous le soleil, on arrive frais et dispo en réunion ou chez les clients…
    L’avenir!?

  23. Johann dit :

    Schouten étant étudiant, pas évident d’investir dans un VAE. Et si les établissements scolaires prêtaient des vélos ?

  24. MLBRLyon dit :

    « Je n’ai pas eu le courage de la prendre » !

  25. Johann dit :

    Héhé, je la garde celle-ci !

  26. sdesdeserts dit :

    Je ne vélotaffe pas, mais il m’arrive d’aller « à la ville » sur ma bichiclète, soit 1 h 30 pour 36 km de trajet routier si le vent m’aide un peu (il peut être très pénalisant, chez moi, lorsqu’il dépasse les 50 km/h).
    Sachant que l’autre possibilité qui s’offre à moi, en dehors de la bagnole, pour faire le même trajet, c’est le car, et qu’il met autant de temps (il s’arrête partout et changement de car assez long au milieu du trajet), cela constitue déjà une réponse en soit.
    Le côté sportif et/ou défoulant de la chose constitue la suite de mon argumentation.
    Je ne me suis pas encore équipé de remorque pour aller faire mon marché (13 km), mais j’y passerai sans aucun doute un de ces quatre ! Si quelques-uns d’entre vous ont des conseils de marque et de modèle, je suis preneur. 🙂

  27. Johann dit :

    Appel aux lecteurs du blog !

  28. Claire D dit :

    « t’as pas de voiture ? » – « Si, mais j’ai aussi un cerveau et des jambes. On bosse maintenant ? ». (Et sinon, non, c’est franchement pas terrible d’arriver trempée à un rendez-vous professionnel. En vrai, je n’ai pas de voiture, le vélo, c’est plus marrant et moins cher, même à 1500€ le vélo-cargo super équipé. On y respire mieux que dans les TC et on attend moins longtemps (sauf que le bus, on ne risque pas de se le faire voler !).). C’est juste une question d’argent. Si j’avais de l’argent, j’aurais les deux : une voiture et un vélo. Je n’ai qu’un vélo. Et quand j’ai vraiment besoin, quand je fais mes courses du mois par exemple, je ramène toutes les courses en taxi (bientôt peut-être en vélo-cargo).

  29. Johann dit :

    D’autant que l’entretien d’une voiture est bien plus onéreux… merci pour ce témoignage.

  30. Salut!

    Vélotaffeur et vélorandonneur ce genre de question ne m’indispose pas du tout, bien au contraire; surtout lorsque je vois les conditions physiques des gars de mon âge et d’autres beaucoup plus jeunes.
    Je me lève une heure et demi plus tôt que mes collègues pour faire mon tour dans la campagne avant d’arriver sur mon lieu de travail.
    Le vélo en ville est une source de stress permanent. Si j’ai du temps je fais mes déplacements urbains à pieds.
    Je ne supporte plus la voiture et ses contraintes.

  31. Christophe dit :

    Hello,

    Je vais passer cette semaine les 4000 km de velotaf en un an et demi.
    Aujourd’hui, prendre la voiture pour aller travailler est une corvée et une contrainte.
    Je suis parfaitement équipé pour la pluie, donc 100% velo quelle que soit la météo.
    Une bonne veste respirante, des rain-legs, des guêtres (si vraiment humide)

    Je gagne prés de 15 minutes par jour (voire plus) à éviter de chercher une place se stationnement le soir
    Cela represente presque 181 heures sauvées….et 500 litres de gas oil (j’ai une grosse familiale)
    Lyon a des parcs vélo parfaitement adaptés (35€ par an).

    Je gagne du temps,
    Je suis en forme,
    Je fais des économies….

    La question, maintenant c’est moi qui la pose,
    Pourquoi prends tu encore ta voiture ? (même si pour certains cela restera la meilleure option)

    Et puis, traverser Saône et Rhône, le matin, quel bonheur…..

    Christophe

  32. Johann dit :

    Je crois que si un automobiliste passe ici, aurait beaucoup d’arguments pour préférer la voiture… Et pourtant, au vu de ceux cités par tous les lecteurs, il y a de quoi réfléchir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *