MENU
TBike sharing system by designer Jung Tak
Velo a transmission integrale Tretta

12 décembre 2013 Com (2) Vues: 3378 Matériel / Équipement

[TEST] Lampes Reelight GO

Reelight, lumiere velo

Petit article particulier dans le cadre d’un partenariat (affilié) avec LeCyclo : l’essai des lampes Reelight GO.

J’avais déjà remarqué ce système d’éclairage sur l’internet, et une chose m’a frappé à l’ouverture de la boîte : leur matériau… Je les croyais en aluminium ! Le corps est en fait réalisé dans un élastomère mou permettant l’installation du feu sur un diamètre de cintre ou de tige de selle compris entre 20 mm et 30 mm.

Reelight go bike lighting system

L’installation est simple : une partie fixe se clipse via une boucle en plastique dans laquelle s’insère l’aimant qui fait contact.
Ensuite, plus qu’à aimanter la lampe et elle s’éclaire automatiquement !

Le poids du module contenant les piles a tendance à faire pencher la lumière vers le bas, mais rien de rédhibitoire.
En revanche, si pour une quelconque raison (nettoyage du vélo par exemple) vous voulez enlever la partie fixe, l’aimant ne se laissera pas faire : il vous faudra un tournevis plat pour le déclipser. Par ailleurs, la polarité des aimants étant différentes, ne vous trompez pas entre la partie avant et arrière…

Reelight, montage eclairage

Deux modes de fonctionnement sont disponibles : fixe et clignotant (pour rappel, selon notre code de la route seul l’éclairage fixe est autorisé). Son réglage s’effectue avec le mini interrupteur situé dans le corps de la lampe, au-dessus des 4 piles CR2032. Autonomie annoncée (feu avant/arrière) : 50h/10h fixe, 650h/130h clignotant.

Reelight, mode eclairage velo

J’ai donc testé cet ensemble lors de plusieurs sorties vélotaf nocturnes, et il faut avouer qu’on se prend au jeu. Bien-sûr, il existe nombre de systèmes d’éclairage clipsés, mais ici la mise en place est très simple, l’encombrement réduit (les feux tiennent dans la poche) et l’allumage automatique. Clipsez, roulez, déclipsez, un bon point également contre le vol. La puissance des aimants est suffisante : pas de risque de faire tomber la lampe après quelques sauts de trottoirs en pneus bien gonflés, mais il est arrivé que le contact ne se fasse plus sur le feu arrière. A vérifier en roulant donc. La puissance de l’éclairage suffit quant à elle pour rester visible en toute circonstance.

Lumiere velo design

Au final, que retenir ?
Les lampes Reelight GO ont été bien pensées : elles sont pratiques et assurent en ce qui concerne la sécurité. Leur look minimaliste s’accorde à tout type de bicyclette.
Le petit inconvénient que je soulève est la perte de contact de l’aimant sur le feu arrière, mais si vous ne sautez pas de trottoir ça devrait aller !
Enfin, une petite requête : une vraie version aluminium à la finition soignée ajouterait encore de l’intérêt à ce produit.
L’ensemble Reelight GO est disponible pour 24.95€ sur le site LeCyclo avec deux couleurs au choix (noir et blanc).

Si vous aussi souhaitez devenir partenaire de Vélo et Design le temps d’un essai (ou autre), c’est par ici.

Photos : Johann Paquelier

2 commentaires
  1. Franck Marcé dit :

    Merci pour le test mais… 4 piles CR2032 ! Au secours la consommation de piles chères et très polluantes… Sans avoir d’actions dans la boite, l’éclairage Décathlon B’twin rechargeable sur USB semble comparable et plus intéressant au niveau coût d’utilisation.

  2. Johann dit :

    C’est en effet le point noir de ce système, mais il ne serait sans doute pas aussi compact sans ces piles. Peut-être une évolution à venir ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *